Décembre 2019

Ils sont une vingtaine au rendez-vous de cette expo spéciale Fêtes qui propose de nombreuses créations « déclinées parfois en pièce unique et souvent en édition limitée », souligne Marianne Thalemot, très attachée à l’univers onirique des œuvres qu’elle réunit pour chacune de ses expositions.

Ici, le choix est grand entre les travaux de ces artistes et artisans présentant dessins, encres, gravures, peintures ou textiles, mais aussi bijoux, sculptures ou monotypes, entre autres.


Des artistes de tous horizons

Dans les gravures très colorées d’Elen Cornec, l’œil se perd dans ses paysages du quotidien dessinés sur le vif, « croqués, puis gravés » – la plage, un hall de gare… – et s’arrête au fil des petits personnages qu’elle y intègre.

Réalisé à l’encre, en broderie, à base de végétaux ou sur des sachets de thés, le travail de Natalie Lanson, « toujours en recherche, parle, dans ses amulettes ou ses arbres à souhaits, du désordre environnemental et de l’urgence pour l’homme d’un vrai retour aux sources »



Sur fonds noirs – qui lui sont chers – et tout en mouvements, les dessins oniriques de Catherine Pouplain « exclusivement aux crayons de couleur », se déclinent en petits formats sur les thèmes de l’amour et des arbres.
 

« Inspirée par les baraques d’après-guerre »

Émeline Sourget, dans ses photos et illustrations, présente, elle, entre autres, ses Dessins et autres ramifications, Le Bal êtres-anges ou Les Nuages-îles, réalisées à l’aquarelle, à l’encre ou en collages.

C’est « inspiré par les baraques d’après-guerre », dont nous parle Marie Thamin dans ses monotypes aux lignes fortes – en tirages uniques – travaillés à l’encre et sur la matière »


Plein de surprises

Enfin, dans les dessins au feutre à l’eau de Sabrina Vainberg, également sculptrice sur pierre, et pour qui « le ressenti prime sur le sens », nous retrouvons le personnage de La Petite Moksha « dans diverses images au fil de ses émotions ».

Sont aussi exposés les sculptures sur verre d’Aurélie Abadie + Sauques Samuel et de Pauline Bétin, le Design textile d’Anne Fontaimpe, les peintures de Christine Morin et les gravures de Jeanne Picq ; « ainsi que plein d’autres surprises disséminées par ci, par là », pour un budget allant de 25 à 250 €.

Jusqu’au 31 décembre, Les P’tits Machins de Noël : Improbable Jardin, 26, rue Maréchal Foch ; Tel, 09 81 84 57 84 – contact@improbable-jardin.fr. Du mardi au samedi.
https://www.ouest-france.fr/bretagne/lorient-56100/lorient-l-exposition-de-noel-en-place-improbable-jardin-6640400?fbclid=IwAR1dsO9csc_VkY8YDzHCLvb7OaAIpcwg-FDa3XrG0TnuTH2whb7PUCNyTQI